Les points importants à connaître sur la vente à réméré

La vente à réméré est également appelée « vente avec faculté de rachat ». Ce système consiste à mettre en vente un bien immobilier en incluant une clause permettant à l’ancien propriétaire de récupérer sa maison. L’acquéreur lui offre alors une possibilité de rachat de son bien, ce délai ne pouvant dépasser cinq ans. La vente à réméré permet même aux anciens propriétaires l’occupation permanente, ceux-ci doivent alors verser un loyer au nouveau propriétaire. Ce système de vente avec possibilité de rachat permet à l’ancien propriétaire de mener sa vie comme avant.

Une solution pour les surendettés

Ceux qui ont contracté un crédit important peuvent envisager la vente à réméré. Celle-ci doit être leur dernier recours. La vente à réméré est également destinée aux personnes qui ne peuvent plus contracter un crédit bancaire classique. La vente de leur logement leur permet de rembourser leurs dettes, mais aussi de stabiliser leur situation financière. Ils doivent cependant rassembler la somme correspondant au rachat dans les délais prévus dans le contrat de vente pour ne pas perdre leur maison.

Le contrat de vente en réméré

La vente à réméré est particulière et l’intervention d’un notaire est impérative pour mieux défendre vos intérêts. Un notaire peut même vous aider dans la recherche de l’investisseur et vous le présenter. La durée doit être mentionnée dans le contrat, il est conseillé de négocier avec l’acquéreur le meilleur délai afin de vous donner un maximum de chance pour récupérer votre bien. Vous devrez également trouver une entente pour ce qui est du prix initial et du prix de rachat. Ce dernier va différer du prix initial, car l’investisseur prendra en compte des indemnités de risque. Il faut aussi définir dans le contrat de vente le montant du loyer que vous devrez verser mensuellement au nouveau propriétaire.

Les risques de la vente à réméré

Pour l’investisseur, cette opération ne présente aucun risque, mais pour l’ancien propriétaire, les aléas ne sont pas des moindres et il faut les prendre en compte. Le plus grand risque pour la vente à réméré est la possibilité de non-rachat du bien immobilier. Comme la totalité du montant sera destinée au remboursement des créances, il sera plus difficile à l’ancien propriétaire de rassembler le montant pour le rachat de sa maison. Il devra alors avoir recours à un nouveau crédit, ce qui risque de peser encore plus sur sa situation financière.

Article Précédent

Comment obtenir la carte professionnelle d’agent immobilier ?

Article Suivant

6 Milliards d'investi dans l'immobilier a Miami

Pas de commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *