Le marché immobilier à Londres atteint des sommets

Acheter une maison à Londres est devenu de plus en plus difficile. Des prix qui ne cessent de flamber engendrent un endettement record pour certains acquéreurs. L’ombre d’une nouvelle bulle immobilière plane-t-elle sur la ville ? Quelles sont les perspectives du marché immobilier Londres pour 2014 ?

Acheter une maison à Londres, c’est encore possible ?

Quel est le prix d’une maison à vendre à Londres ? Sur un an, les prix dans la capitale anglaise ont augmenté de plus de 10 % selon une étude publiée par EY Item Club. Fin 2013, le prix moyen d’une maison à Londres dépassait les 400 000 £. Londres est ainsi devenue l’une des 3 villes les plus chères du monde. Les prévisionnistes estiment qu’à l’horizon 2018, les prix devraient encore augmenter de 50 %. La population londonienne devrait augmenter de plus d’un million d’habitants dans les 4 ans à venir. Les prix devraient ainsi continuer de s’envoler sous l’effet d’une demande largement excédentaire par rapport à l’offre. La reprise des mises en chantier ne suffit pas à limiter la hausse des prix de l’immobilier à Londres. Les ménages londoniens profitent de mesures mises en place par le gouvernement Cameron pendant la crise visant favoriser l’accession à la propriété, le programme Help tu Buy. Associé à la hausse des prix, le niveau d’endettement ne cesse d’augmenter.

Londres, le paradis des millionnaires

Les prix des maisons à vendre à Londres explosent dans certains quartiers. Dans plusieurs arrondissements de Londres, le prix d’une maison à vendre dépasse systématiquement le million de Livres Sterling. Ville attractive par excellence, Londres attire les acheteurs du monde entier. Les investisseurs étrangers participent ainsi largement à l’envolée des prix dans le secteur de l’immobilier de luxe à Londres. Des investisseurs asiatiques auraient acheté, toujours selon EY Item, la moitié des nouveaux logements dans les deux quartiers les plus prisés de la capitale. Les tarifs de l’immobilier de prestige s’envolent. Un appartement de 390 m2 dans le quartier de Knightsbridge a ainsi été vendu au prix record de 82 000 € le m2, soit un total de 32 millions d’euros il y a quelques semaines.

Londres, l’exception britannique

Londres fait figure d’exception dans le marché immobilier britannique global. Ailleurs dans le Royaume, les prix immobilier sont à la hausse, sans toutefois atteindre des niveaux comparables. Quand les prix de l’immobilier ont augmenté de plus de 11 % sur les 12 derniers mois à Londres, la hausse globale dans le reste du Royaume est de l’ordre de 3 %. Le marché de l’immobilier au Royaume-Uni est soutenu par la reprise économique observée en 2013, qui renforce la confiance des ménages. L’activité économique est d’ailleurs soutenue par la reprise des mises en chantier. Avec des taux d’emprunt stables, le marché de l’immobilier, toujours caractérisé par le décalage entre l’offre et la demande, devrait continuer de progresser. L’agence de notation Standard & Poor’s prévoit ainsi sur une augmentation des prix de l’immobilier de 5 % en 2014 au Royaume-Uni.

Article Précédent

Présentation privée a Paris: Les nouveaux enjeux de l'immobilier à Miami

Article Suivant

Viaprestige Casablanca : Les biens en tête d'affiche cette semaine

Pas de commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *