Les tendances du marché immobilier à Montréal

Le marché de l’immobilier à Montréal fluctue au gré de plusieurs indicateurs. Démographie, économie, constructions neuves… Sont autant d’éléments qui influent sur les prix et le nombre de transactions immobilières. Quelles sont les tendances amorcées pour le marché de l’immobilier à Montréal ?

Le marché immobilier à Montréal se stabilise

Après de nombreuses années de hausse continue, le marché de l’immobilier à Montréal tend à se stabiliser depuis 2011. Les prix moyens des transactions immobilières cessent de grimper, sans toutefois baisser clairement. Selon la Chambre Immobilière du Grand Montréal le prix moyen des maisons vendues estimé à 250 000 $ en 2007 avoisine désormais les 325 000 $. Malgré la baisse du nombre de transactions qui passe en dessous des 400 000 transactions, les prix ne se sont pas effondrés. Les habitations entre 275 000 et 425 000 $ continuent de susciter une demande importante. Certains analystes pensent pourtant que l’immobilier à Montréal est surévalué et que le marché ne peut que ralentir dans les années à venir.

Pourquoi l’immobilier à Montréal résiste

Malgré le léger ralentissement de l’activité économique à Montréal en 2013, la croissance reste positive. La métropole montréalaise reste attractive et accueille chaque année de nombreuses familles venues s’y installer. La population a ainsi augmenté de 5 % en 5 ans. Les taux d’emprunts toujours avantageux pour les acheteurs contribuent à favoriser le marché immobilier à Montréal. La métropole bénéficie d’une attractivité importante que ne faiblit pas. Les investissements réalisés notamment par la Ville, pour dynamiser et réaménager certains quartiers comme le centre de Montréal, contribuent à l’économie de Montréal. La situation du marché immobilier à Montréal n’est pourtant pas linéaire. Les marchés des condos neufs ou des maisons unifamiliales ne connaissent pas les mêmes évolutions.

maisons-neuves-montreal-viaprestige

Ventes de condos à Montréal : perspectives

Les mises en chantier de condos à Montréal ont été très nombreuses ces dernières années. Ces immeubles en copropriété, plus abordables que les maisons individuelles, voient ainsi leur prix se stabiliser après plusieurs années de hausse. Une légère baisse des prix semble d’ailleurs s’amorcer. L’offre de condos neufs à Montréal tend à rejoindre la demande. Le volume de mises en chantier de condominiums commence à baisser également. Même si les prix à la vente de condo Vieux Montréal dépendent des quartiers, globalement le marché des condos à Montréal évolue en faveur des acheteurs.

L’attrait des maisons unifamiliales

Le marché des maisons neuves, très recherchées à Montréal, connait une situation inverse. Ce type de logement fait l’objet de beaucoup moins de constructions nouvelles que les condos. Les copropriétés sont souvent privilégiées dans les programmes neufs car elles permettent de répondre rapidement à la demande croissante de logements. Les maisons individuelles, qui se raréfient sur le marché immobilier de Montréal, deviennent ainsi très prisées. La demande dépassant allégrement l’offre, les prix de ces habitations ne cessent d’augmenter. Les familles avec de jeunes enfants apprécient particulièrement ces maisons individuelles. Le nombre de transactions de maisons unifamiliales dans l’agglomération montréalaise est en baisse, mais les prix toujours en hausse.

Le marché immobilier à Montréal ne connait pas la crise. La hausse incessante des prix depuis 10 ans se stabilise simplement depuis 2 à 3 ans. Montréal reste une ville attractive économiquement. Sa population en constante augmentation stimule ainsi le marché immobilier.

Article Précédent

Zoom sur marché de l'immobilier de luxe à Paris

Article Suivant

Un nouveau projet a Brickell Avenue, le centre financier de Miami

2 Commentaires

  1. Finalement nos amis Québécois ne connaissent pas la crise financière 🙂

  2. Je vois bien que l’article date de 2013 car aujourd’hui j’ai remarqué que les tendances tendent à s’inverser. La crise se propage en un temps fou et aucun pays ne pourra y échapper. A moins que le gouvernement ne prennent les mesures nécessaires.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *