Expatriation des jeunes… Vers une fuite des cerveaux ?

Les jeunes sont de plus en plus nombreux à s’expatrier. La Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris (CCIP) vient de publier une étude sur ce phénomène qui s’amplifie depuis 10 ans. La jeune génération est beaucoup plus mobile que celle de leurs parents. Les programmes d’échange d’étudiants ou de volontariat international en entreprise favorisent cette mobilité croissante.

27 % des jeunes diplômés français voient leur avenir à l’étranger

expatriation des jeunes 2C’est le résultat d’une étude du cabinet Deloitte publiée en 2013 : 27% des jeunes diplômés de niveau bac à bac + 5 depuis moins de 3 ans envisagent de s’expatrier. Les jeunes s’adaptent ainsi aux critères d’embauche puisque les entreprises favorisent les candidats qui maitrisent une langue étrangère. Face à la morosité ambiante et à un chômage élevé des jeunes en France, les jeunes diplômés saisissent les opportunités professionnelles qui se présentent à l’étranger. Le programme Erasmus qui permet aux étudiants de poursuivre leur formation à l’étranger semble également favoriser l’expatriation des jeunes diplômés. Une première expérience dans un autre pays permet de créer des liens, de s’insérer dans la culture locale. Cela participe à lever les freins des jeunes quant à l’idée de mener une carrière à l’étranger. Chaque année, ce sont ainsi 180 000 étudiants qui profitent du programme d’échange universitaire Erasmus. Ils représentent 3 % de la population d’expatriés français.

Les expatriés sont de plus en plus jeunes

Les tendances de l’expatriation évoluent significativement. On constate ainsi que la population d’expatriés est de plus en plus jeune. Qu’est-ce qui peut expliquer ce phénomène ? Une ouverture à l’international qui est désormais ancrée dans les mentalités, mais pas seulement. Le nombre de contrats d’expatriation a baissé et pour ceux qui s’expatrient grâce à leur entreprise cette dernière prend en charge beaucoup moins de frais. 72 % des expatriés n’avaient pas de prise en charge de leur logement en 2013. Il en est de même pour les frais de scolarité des enfants d’expatriés. Cela a un effet dissuasif pour les familles. Les jeunes ne sont pas confrontés à ces problématiques et s’expatrient plus facilement par leurs propres moyens. Ils finissent parfois par s’installer définitivement à l’étranger notamment pour raisons personnelles. En 2013, 52 % des expatriés déclaraient avoir rencontré leur conjoint lors d’une expatriation. La question du retour n’est pas simple non plus : 47 % des expatriés ne savent pas quand ils rentreront en France et 17 % envisagent de rester définitivement dans leur pays d’accueil.

Les jeunes européens s’expatrient aussi

L’étude de la CCIP montre que l’expatriation des jeunes est un phénomène mondial. La France est loin d’être le seul pays où l’expatriation des jeunes augmente. Le Royaume-Uni, l’Italie et l’Allemagne sont les pays européens qui comptent le plus de ressortissants à l’étranger. La France voit l’expatriation des jeunes augmenter, mais elle reste également très attractive pour les jeunes étrangers. En 2011, elle a ainsi accueilli plus de 268 000  étudiants étrangers. L’OCDE estime ainsi que 15 à 30 % des étudiants étrangers en France s’y installeraient.

 

 

Article Précédent

S’expatrier hors de France : que faire avant de partir ?

Article Suivant

Acheter pour louer, une formule qui marche

Pas de commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *